“En tant que coach agile, doit-on coacher au sein d’organisations qui ne seront jamais agiles ?“ – ep 2

Dans un premier article, je considére que cette question relève de l’éthique ou de la déontologie. Je propose une distinction entre ces deux termes.

Dans cette deuxième partie, intéressons-nous à ce qui existe dans la communauté des “coachs agiles” pour nourrir leur réflexion dans ce domaine. Je prends l’exemple d’Agnostic Agile et du code d’éthique de l’Agile Alliance…

« En tant que coach agile, doit-on coacher au sein d’organisations qui ne seront jamais agiles ? »

Steeve Evers, l’auteur du post LinkedIn qui pose cette question, y livre sa réponse en argumentant sa position.

Même si la formulation de la question m’apparait discutable, il m’a semblé que le sujet méritait quelques développements.

Ces développements se sont avérés requérir plusieurs articles !

Dans le premier de cette série, commençons par interroger le champ de la problématique soulevée : cette question me parait relever du domaine de l’éthique ou de la déontologie.
Domaines peu explorés par les agilistes…

Quelle différence entre ces deux notions ?

L’inclusion inclusive (II)

L’Inclusion Inclusive est une activité de démarrage de séance proposée par Martine Volle aux superviseurs pour créer les conditions de contenance favorables à la fonction supervisante : prendre de la distance émotionnelle et intellectuelle.

BIBLIOGRAPHIE SUR LA SUPERVISION : Robin Shohet

Il y a quelques semaines, j’avais partagé une bibliographie sur la supervision basée sur mes rayonnages.
Michel Moral avait aimablement complété en puisant dans sa connaissance encyclopédique et Geneviève Slosse Fraisse m’avait gentiment proposé de rédiger la présentation d’un livre qu’elle affectionne particulièrement.

C’est avec grand plaisir que je publie ici sa présentation de « Supervision as transformation, a passion for learning » sous la houlette de Robin Shohet – JKP edition – 2011.

Supervision des agilistes : 2 – un espace-temps pour soi

Sans apporter de solutions, c-à-d sans pouvoir d’agir SUR la situation, je peux accompagner individuellement ou collectivement les « coachs agiles » et le/la responsable de centre agile, à vivre cette situation en y développant de l’apprentissage.
Et conserver ainsi le pouvoir d’agir : si ce n’est le pouvoir-sur, du moins le pouvoir-avec et le pouvoir-de…

Supervision des agilistes : 1 – centre agile et frustration

Contrairement aux coachs professionnels, pour beaucoup d’agilistes la supervision n’est pas une évidence. Ils ont du mal à la distinguer du coaching et n’y voient pas forcément de valeur ajoutée.
Je décris dans ces articles l’approche spécifique que peut proposer la supervision dans un exemple récurrent de situation inconfortable vécue dans les “transformations agiles”.

J’ai une pensée particulière pour les membres des centres agiles : responsables et « coachs agiles ».

1 2 3